mardi 21 janvier 2014

Chat, c'est moi sur facebook



Facebook, Facebook ! Et qui se coltine le boulot ?



L’énigme des 17 chevaux

PROBLÈME  DE MATHS - Il y a toujours une solution à un problème.

À sa mort, un fermier laissa en héritage dix-sept chevaux à ses trois fils.

Dans son testament, le père avait ainsi établi le partage de l’héritage :

Mon fils aîné recevra la moitié (1/2) de tous les chevaux
Mon second fils recevra le tiers (1/3) de tous les chevaux
Mon plus jeune fils recevra le neuvième (1/9) de tous les chevaux
Or il était tout à fait impossible de diviser 17 chevaux par deux, par trois et par neuf.

La chicane prit donc entre les trois fils.

Puis, à un moment donné, ils décidèrent de faire appel à un fermier voisin, dont ils appréciaient l’intelligence, dans l’espoir qu’il puisse trouver une solution à leur différend.

Le fermier prit donc le testament et le lut avec grand soin. Après quoi, il alla chercher son propre cheval et l’ajouta aux dix-sept (17) autres. Il y avait maintenant dix-huit chevaux dans le champ.

Dès lors, il devint possible aux héritiers de procéder au partage, tel que prévu dans le testament du père.

Car :

la moitié de 18 = 9 chevaux
le tiers de 18 = 6 chevaux
le neuvième de 18 = 2 chevaux
En faisant l’addition, cela donna :        
Fils aîné :             9 chevaux
Second fils :        6 chevaux
Plus jeune fils :    2 chevaux
TOTAL             17 chevaux
Il restait un cheval – celui du fermier voisin – que celui-ci reprit et ramena à sa ferme.

La morale de cette histoire
La solution de ce problème résidait au départ dans la détermination d’un terrain d’entente, dans ce cas-ci le dix-huitième (18ème) cheval. Il fallait qu’une personne soit capable de trouver ce dix-huitième (18ème) cheval, et dès lors il devenait possible de solutionner ce problème. Trouver un terrain d’entente peut parfois s’avérer difficile. Mais pour trouver une solution, la première étape consiste à croire qu’il y a effectivement une solution, comme le fermier voisin le croyait; si nous partons de l’idée qu’il n’y en a pas, alors il sera impossible d’en trouver une.

mardi 7 janvier 2014

L'amour d'une mère




Source: reçu par courriel


Les oignons suisses



Source: reçu par courriel

Monastère suspendu


Source: reçu par courriel


A Bald Eagle Named "Freedom"



Source: reçu par courriel


VOICI UNE PETITE HISTOIRE…

Gilles a commencé la journée tôt, ayant réglé son horloge (fabriquée au Japon) à 6 heures.

Pendant que sa cafetière (fabriquée en Chine) filtrait le café, il s'est rasé avec son rasoir (fabriqué à Hong-Kong).

Il s'est ensuite habillé avec sa chemise (fabriquée au Sri Lanka), ses jeans (fabriqués à Singapour) et ses chaussures (fabriquées en Corée).

Lire la suite: